vendredi 6 juin 2008

Courant d'air...

Qu'il me décrit bien, au final, ce terme de "courant d'air"...

Je volète d'une activité à une autre, sans trop réussir à me fixer. J'ai du mal à me concentrer sur une seul chose à la fois et je m'éparpille facilement. Ca se voit d'ailleurs énormément quand je raconte une histoire. Comme je veux que mes auditeurs saisissent toutes les nuances de ce que je raconte, j'ajoute une flopée de détails que je suis le seul à trouver utile. D'ailleurs il arrive souvent que les conversations dévient complètement avant la fin de mes histoires... Mais je suis justement en train de commencer à m'éparpiller.

Finalement les exemples, on s'en fout non ?

...toujours est-il que comme l'air, je m'éparpille facilement. Socialement, je suis également un courant d'air. Je passe brièvement quelque part, on me remarque, on apprécie un instant le petit côté "brise rafraîchissante", puis on passe à autre chose. Musicalement parlant, j'aime les musique aériennes (j'en écoute d'ailleurs en ce moment même) quel qu'en soit le genre.

Et puis physiquement parlant, j'aime le vent. Je ne me suis jamais senti aussi bien dans ma peau que lorsque j'étais sous le vent, ou caressé par un courant d'air.

Ensuite d'un point de vue astrologique. Le Gémeau est en effet un des trois signes d'air. Mais pas n'importe lequel :

Wikipédia a dit :
L'air est un élément qui est partout à la fois, toujours en mouvement, symbolise les échanges, la communication, la transmission d'idées, de pensées. C'est l'air qui transporte les ondes. Les Gémeaux se comparent aux courants d'air, la Balance à une douce brise et le Verseau aux grands vents qui apportent des changements importants.

Essayez de vous poser la question, d'y réfléchir un moment. Quel élément vous attire le plus ? Cela correspond-il à votre signe astrologique ?

Au final, mon moment de pur bien-être se résume à peu de choses :

Je suis à l'extérieur. Il fait nuit. Seul la lune et les étoiles éclairent la plaine dans laquelle je me trouve. De l'ambient me parvient aux oreilles, se mêlant parfaitement aux bruits de l'environnement alentour.
Je ne sais pas comment je suis arrivé là. Le paysage est vallonné et parsemé de peu de végétation. L'herbe court à perte de vue et ondule sous l'effet d'une douce brise. Brise qui me caresse et me traverse à la fois. Une idée m'effleure doucement l'esprit : c'est un courant d'air qui m'a conduit jusqu'ici. Je détache mes cheveux, qui deviennent une caresse supplémentaire sous l'effet du vent léger. Je me laisse tomber en arrière et me détends parfaitement, les yeux ouverts.
Je regarde un ciel étoilé parfaitement dégagé. Une seule pensée me vient en cet instant. "As-tu déjà vu plus beau spectacle que le ciel ?" m'a un jour demandé une amie. Les yeux rivés vers le ciel, je me repose la question pour la énième fois sans parvenir à trouver de réponse satisfaisante.


J'apprécie ces instants pour ce qu'ils sont et non pour ce qu'ils m'apportent. Je trouve que cette expérience est assez proche de l'amour physique à mon sens, par les sentiments, les émotions, et les sensations qui en découlent. C'est aussi pourquoi j'essaie de les partager de mon mieux, en transmettant mes idées, mes expériences...

... partant aussi vite que je suis arrivé...

... tel un courant d'air.

2 commentaires:

Kiych a dit…

c'est pas la poussière qui s'éparpille???

Archonium a dit…

Pour que la poussière s'éparpille, il faut que chaque particule de poussière s'éloigne des autres. Poussés par un courant d'air, les grains de poussières nous permettent de retracer brièvement son chemin ... il s'est donc éparpillé lui aussi.