mardi 27 janvier 2009

Anesthésie générale

La fatigue, qui entraine la déprime, qui entraine la fatigue, qui entraine...

C'était l'enchainement de trop. Décisif. De trop.

D'ordinaire calme et détendu, les anciennes brèches laissent pénétrer stress et énervement. L'esprit s'échauffe, mais n'explose pas. La tension semble retomber mais elle est toujours là. Puis elle s'accumule doucement. S'y ajoutent l'angoisse, puis la peur de la réaction.

Vint la révélation, prétendue libération d'une chape de béton armé. La détente ? Elle est temporaire, évacue une partie du stress. Une illusion de calme dans la tempête générale. Un brin d'air frais dans une pièce viciée depuis des mois.
Puis la sentence retombe, bien plus lourde. C'est un jam de stress, de tristesse, d'énervement et d'angoisse qui s'abat, concentré dans quelques lignes. Retour en arrière.

Puis un brève détente à nouveau, après un blizzard tranchant, acéré, mordant et terriblement froid. Les choses peuvent revenir à la normale...

Vraiment ?

Noyade de la culpabilité derrière une avalanche continue de décibels, de sorties. S'abrutir devant un écran. Se déchainer autant que possible dans cet assaut contre la déprime. Puis la musique encore, monde parallèle évoluant en permanence au gré du hasard.
Et dormir.

La culpabilité restera présente un moment...

Mais le plus dur est derrière désormais.

Mais la musique encore et toujours, pour s'anesthésier...

3 commentaires:

Miyu a dit…

J'espère que tu vas finir par retrouver un certain équilibre et que ça aille mieux pour toi. Blesser pour aller mieux, c'est difficile mais parfois nécessaire, besoin d'être égoiste par moment, sinon on le laisse vite bouffer et on risque alors d'entrainer les autres avec nous...
Repose toi bien en attendant

mulan a dit…

Je m'étais laissée emporter par la musique, au point d'oublier ce qu'était vivre, ressentir les choses par moi-même.
L'anesthésie aide certes, mais elle ne résout rien.
Juste une passade pour oublier, mettre de côté les soucis, mais les problèmes demeurent.
Encore faut il avoir la force de les prendre à bras le corps.

Fais gaffe, on garde un oeil sur toi.

TiteMaud a dit…

Rooh, bah alors... Faut vite qu'on se croise sur msn, ça me manque de discuter avec toi.
Des bisous!!!